Interrogé par la députée Stella Dupont (Renaissance) sur « les dispositifs et le calendrier précis des aides et versements à venir pour répondre efficacement aux conséquences de la crise liée à la grippe aviaire », Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture, a détaillé le 26 juillet 2022 à l’Assemblée nationale les enveloppes par secteur.

 

L’enveloppe globale prévisionnelle du ministère de l’Agriculture prévoit 760 millions d’euros « et à ce jour 459 millions d’euros sont déjà engagés ou en passe de l’être », a précisé le ministère à l’AFP.

 

> À lire aussi : Filière du foie gras, une forte pénurie de canetons faisant suite à la grippe aviaire (05/07/2022)

« Besoin affiné en cours de route »

Dans l’Hémicycle, Marc Fesneau a indiqué que « sur le volet sanitaire [c’est-à-dire l’indemnisation des animaux abattus, NDLR], 200 millions d’euros sont prévus dans le PLFR (projet de loi de finances rectificative pour 2022) et le besoin sera affiné en cours de route d’ici à la fin de l’année une fois tous les dossiers déposés ».

 

Sur le volet économique, qui indemnise les pertes de non-production, « 26 millions d’euros pour 1 800 dossiers pour le Sud-Ouest et le Nord » sont prévus. Pour les éleveurs de la région Grand Ouest, 86 millions d’euros sont prévus. Quant aux éleveurs de poules pondeuses, une enveloppe de « 2 millions d’euros » est « en cours de déploiement ».

Un dispositif « spécial accouvage » en fin d’été

S’agissant du maillon accouvage, un « dispositif spécial » sera ouvert « d’ici à la fin de l’été, les paiements débuteront à la fin de l’automne, l’enveloppe totale allouée est de plus de 120 millions d’euros », a ajouté le ministre de l’Agriculture. À l’aval, un budget de « 25 millions d’euros » d’avances remboursables ira aux « entreprises de l’agroalimentaire ».

 

Ce vendredi 29 juillet, le ministre de l’Agriculture doit présenter un plan d’action avec les acteurs de la filière pour améliorer la gestion des épizooties d’influenza aviaire hautement pathogène.