, les veaux de moins de 8 mois et les jeunes bovins de 8 à 12 mois perdent 2 % de leurs effectifs. Le troupeau de génisses progresse faiblement, avec une hausse sous la barre des 1 %. L’effectif de vaches laitières continue de reculer légèrement (–0,8 %) alors que celui de vaches allaitantes se conforte encore (+0,4 %).

 

Nette augmentation de la production

En 2016, avec plus de 6 millions de têtes, la production totale a dépassé de près de 1 % son niveau de 2015. Cette augmentation est due à celle de la production de bovins de plus d’un an. Les difficultés de la filière laitière ont conduit les éleveurs à augmenter les mises à la réforme de vaches. La production de vaches dépasse de plus de 4 % le niveau déjà élevé atteint en 2015. Les abattages de vaches allaitantes ont également progressé par rapport à 2015.

 

Les exportations totales de broutards ont progressé de 2,9 %. Les ventes de broutards lourds vers

l’Italie, principal client de la France, ont augmenté de 9 %, mais le marché turc est resté fermé, impactant fortement les ventes de broutards légers. Les abattages de veaux de boucherie se sont maintenus. Les prévisions de production de gros bovins dans les exploitations tablent sur une augmentation de 1 % en 2017.