. Dans le même temps, les mises en place de dindonneaux sont quasi stables (+0,6 %). »

 

Le déficit commercial s’est creusé en 2016

Agreste estime que la production française de volailles serait quasi stable en 2016 par rapport à la 2015. « Dans le même temps, le déficit du commerce extérieur de viandes et préparations de volailles s’est fortement creusé en volume et la consommation apparente s’est accrue. En décembre, les exportations de viandes et préparations de volailles sont en hausse de 3 % en glissement annuel. De leur côté, les importations progressent de 4 %. »

Davantage d’œufs en vue

Du côté des œufs, Agreste estime que « la production totale d’œufs de consommation calculée par modèle est en baisse de 2,4 % par rapport à 2015. Les mises en place de poulettes de ponte d’œufs de consommation progressent fortement, de 18 % au mois de décembre en glissement annuel. Au cours de l’année 2016, l’augmentation est de plus de 6 %, par rapport à 2015. »

 

Conséquence logique, la production progresserait de 8 % en mai prochain. « Pour les cinq premiers mois de 2017, la hausse atteindrait 5 % en cumul. En janvier, le prix à la production de l’œuf progresse de 19 % en glissement annuel, mais retrouve quasi le niveau de la moyenne quinquennale, dans un contexte de reprise de la production. »