. Ceux de canards se replient encore de 9 % en têtes et 8 % en poids. »

 

Les mises en place de canetons progressent

Du côté des dindes, les abattages se replient également en têtes, de 3,7 %, mais progressent de 5,6 % en poids. C’est la conséquence d’une augmentation du poids moyen de 10 % des animaux en un an qui découle d’un choix de souches plus lourdes.

 

En ce qui concerne les mises en place, là encore il est question de baisse. Celles de poussins de poulets de chair reculent de 5 %, celle de dindes de 4,2 %. En revanche, les mises en places de canetons s’envolent de 8 %.

Production stable

Sur les neuf premiers mois de 2016, avec 1,36 million de tec, la production française toutes espèces confondues, calculée par bilan, serait quasi stable par rapport à 2015. Là encore, la situation varie selon l’espèce : –1 % pour le poulet, +5 % pour la dinde, et –12 % pour le canard (–12 %).

 

« Dans le même temps, la consommation apparente de viandes de volailles, calculée par bilan provisoire, augmenterait de 3,5 %, estime le ministère. Elle progresserait pour le poulet et la dinde (+5 %), mais reculerait pour le canard (–11 %). »