Les prix de l’agneau sont historiques en 2021. Ils ne sont quasiment pas passés en dessous de la barre de 7 €/kg de carcasse. « La courbe de la cotation n’a jamais croisé celles des années précédentes, observe Cassandre Matras, de l’Institut de l’élevage. Dans le même temps, toutefois, les charges d’exploitations se sont envolées. »

Les abattages étaient plutôt dynamiques lors du premier semestre 2021, mais ils se sont essoufflés, à partir de juillet s’affichant un peu en dessous de ceux de 2020. « Sur l’année, ils devraient être supérieurs à ceux de l’année dernière, déclare la spécialiste. Cette progression est due à une forte augmentation des importations d’agneaux vivants (+ 28 % sur dix mois), car les sorties d’agneaux des élevages sont stables. »

La consommation française a continué de baisser en 2021. Le recul est de 2 % par rapport à 2020, qui a été une mauvaise année. Pour 2022, « les prévisions de la production sont à la stabilité, explique l’experte. Il faudra voir les effets que produira la recapitalisation du cheptel porcin chinois. La Chine sera-t-elle toujours demandeuse de protéines animales ? Si ce n’est pas le cas, la Nouvelle-Zélande pourrait se retourner vers l’Europe. »

Sommaire

Chiffres et bilans de l’agriculture : La France des productions végétales et animales en 2021