La fin 2021 semble sourire au marché des femelles. La reprise de la restauration hors domicile (RHD) et des échanges intra-européens au printemps ont accentué la pénurie en vaches laitières, conduisant à une progression rapide des prix, pour atteindre des niveaux inégalés depuis 2015. Les cotations des allaitantes U et R ont aussi été tirées à la hausse, mais de façon plus modérée. Face à la forte inflation des charges, cette embellie des prix est la bienvenue.S’agissant des abattages, ceux des vaches allaitantes restent quasiment stables sur les dix premiers mois de l’année (+ 0,5 %/2020). En réformes laitières, ils reculent de 3 %. En jeunes bovins (JB), l’allégement progressif des stocks en Europe a permis une remontée des cours. En moyenne de janvier à octobre, la cotation du JB R3 affiche + 4,2 %/2020. La réouverture de la RHD en juin a engendré une forte demande à tel point que la marchandise vient à manquer. Lissés sur les dix premiers mois 2021, les effectifs abattus progressent de 1,1 % par rapport à 2020, année marquée par un fort repli des abattages. En veaux de boucherie, la baisse saisonnière des cours a été moins accentuée que les années précédentes, du fait de mises en place prudentes.

Sommaire

Chiffres et bilans de l’agriculture : La France des productions végétales et animales en 2021