« Les conditions météorologiques du mois de mars ont stoppé la pousse de l’herbe favorisée par un réveil précoce du printemps dès le mois de février et qui avait précipité la mise à l’herbe des animaux, explique le ministère de l’Agriculture dans sa note d’Infos rapides mise en ligne le 15 mai 2020. En cumul de janvier à mars, la collecte laitière de lait de vache progresse de 2,1 % par rapport à l’an passé et atteint 6 275 millions de litres. »

 

> À lire aussi :Rester vigilants pour valoriser l’herbe (14/05/2020)

Des disparités entre les bassins

Comme tous les mois, ces chiffres cachent des disparités entre les différents bassins laitiers français. En mars toujours, et sur un an, la collecte bondit de 3,3 % dans le bassin Grand Est, alors qu’elle recule légèrement, de 0,7 %, dans le Grand Ouest. Elle est stable en Normandie et dans le bassin Nord Picardie (respectivement –0,1 % et +0,2 %).

 

Ailleurs en France, les livraisons de lait de vache aux laiteries augmentent de « 4,6 % dans le Centre, de 4,3 % en Auvergne-Limousin, de 2,2 % dans le Sud-Est et de 1,1 % en Charente-Poitou. Elles reculent de 3,0 % dans le bassin Sud-Ouest. »

 

Quant à la part de la collecte de lait bio de vache, elle représente 4,4 % de la collecte totale française. Celle du lait destiné aux filières en AOP/IGP atteint 16,7 %.

 

> À lire aussi :Appellations d’origine, 1 000 tonnes de fromages menacées de destruction (02/05/2020)