Rythmée par une concentration des naissances en hiver et au printemps, la production de broutards est assez saisonnalisée. « De 2010 à 2017, 40 % des broutards charolais lourds et repoussés se sont vendus entre janvier et avril », appuie Jérémy Douhay, au service productions de viandes à l’Institut de l’élevage (Idele).
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins maigres

Les tarifs sont à la baisse

Avant la trève estivale, l’activité commerciale se dégrade sous la pression des engraisseurs italiens, espagnols et français.