Par Philippe Pavard rédacteur en chef adjoint

Encore une énième opération d’enfumage concernant la création de réserves d’eau ou volonté réelle ? Les agriculteurs ont été tellement échaudés en la matière par des promesses non tenues, à droite comme à gauche, qu’il convient d’être prudent après l’annonce de principe du 9 août (lire en page 12).

À la lecture du communiqué conjoint Hulot-Travert, on sent, du reste, que chaque terme a été soigneusement soupesé entre les ministères, avant de pouvoir proposer ce qui est devenu malheureusement un gros mot, la réalisation de « projets de stockage hivernal de l’eau », alors que ce n’est qu’une mesure de bon sens. Et comme s’il fallait presque s’excuser en France d’avoir un tel dessein, alors que le changement climatique est à l’œuvre, le tout est précédé de circonvolutions et accompagné d’une condition sujette à interprétation : des réserves oui, mais seulement « là où c’est utile et durable. »

On ose espérer que la « cellule d’expertise » promise pour dénouer les difficultés rencontrées dans « la gestion de la ressource en eau en agriculture » se rendra à Sivens, territoire de petites et moyennes exploitations, pour y voir l’étendue du fiasco de l’État. Elle pourra se rendre compte que de telles réserves, construites pour des générations, peuvent en plus de l’irrigation avoir d’autres aménités, notamment sociétales, comme la lutte contre les incendies, sujet omniprésent de l’actualité estivale (lire le témoignage édifiant en page 14).

Il est plus que temps de réaffirmer haut et fort que la sobriété ne peut plus être la seule réponse proposée face aux excès du climat : une plante ne pousse pas sans un minimum d’eau, c’est une évidence physiologique !

Si nombre de projets sont aujourd’hui bloqués, on en connaît parfaitement les causes : la guérilla juridique acharnée des associations, l’obstruction en DREAL et DDT de certains agents « militants », les études lourdes et dissuasives. etc. Ainsi, trop de coups tordus sont à déplorer pour ne pas se dire que l’on jugera seulement sur pièces la mesure, à l’aune des réserves qui se rempliront effectivement…