On sentait depuis 2014 les pouvoirs publics impatients de réglementer les pics de pollution de l’air, au-delà du seul trafic routier. Le pas vient d’être franchi en direction de l’agriculture, avec un arrêté qui donne pouvoir aux préfets de reporter épandages de fertilisants et travail du sol, sans discontinuer, tant que les conditions météo propices à ces épisodes perdureront (voir page 17).
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !