Le moteur diesel n’a plus le vent en poupe et des alternatives, notamment électriques, font leur apparition sur les engins agricoles. Pour le moment, les seules solutions commercialisées concernent le secteur de l’élevage et en particulier les matériels d’astreinte pour une raison évidente : ils n’ont pas de problème d’autonomie. En effet, ils évoluent principalement près des bâtiments d’élevage ou dans les stabulations, à proximité d’une prise de rechargement.

Pour les éleveurs qui franchissent le pas, l’absence de bruit et d’émissions polluantes dans les bâtiments sont des atouts indéniables. Mais le point fort de l’électricité, c’est surtout le faible coût d’utilisation par rapport à une solution avec un moteur thermique. Il faudra néanmoins intégrer le surcoût à l’achat, qui peut atteindre 20 % sur certaines machines. Les plus enthousiastes parient toutefois sur une baisse du prix à moyen terme, à la faveur de l’augmentation de l’offre et de l’amélioration des batteries­.

Gildas Baron et Corinne Le Gall