« Avant de soulever le capot d’un tracteur qui ne tire pas, commencez par regarder ses pneus. » Cette maxime d’un conseiller en machinisme, aujourd’hui à la retraite, trouve un écho sans précédent cet automne, avec les conditions de récolte et de semis dantesques. Dans la boue, ce n’est pas le plus puissant qui s’en sort, mais le mieux chaussé.

Pourtant, les pneumatiques sont souvent la dernière roue du carrosse lors de l’achat d’un tracteur ou d’un automoteur. Nombreux sont les agriculteurs qui cherchent à faire baisser la facture en optant pour une monte moins performante. Rajouter 10 000 euros de pneumatiques lorsque le prix du tracteur dépasse déjà 130 000 € demande un réel sacrifice. L’addition est encore plus douloureuse avec les chenilles. Mais ce sont aussi les seuls éléments en contact avec le sol et c’est d’eux que dépend la transmission de la puissance.

Ce dossier vous aidera à mieux connaître vos pneus ou chenilles, afin de valoriser toute la puissance des engins et d’économiser de précieux litres de GNR, tout en préservant la structure du sol.

Dossier réalisé par Loris Coassin, Corinne Le Gall et Pierre Peeters

© Cédric Faimali