Parmi les taureaux confirmés, Brocky (144 d'Isu) est la seule nouveauté. Il affiche un profil complet, porté par le cumul des qualités de ses origines. Son père, Classic, est le meilleur du schéma français en morphologie. Son grand-père, Périclès, ramène des taux et de bons fonctionnels. Ces points positifs se retrouvent dans les index de Brocky, avec en bonus un tempérament à 121.

L'utilisation des nouveaux jeunes taureaux sera limitée par une rotation plus dynamique des doses dans les cuves. Créavia renouvellera ses jeunes mâles tous les quatre mois. En cette indexation de juin, cinq jeunes taureaux sont disponibles en réservation. Ils sont tous issus des premières femelles génotypées et sélectionnées sur leurs résultats génomiques dans le cadre du programme Créavenir. Quatre sont des fils de Jérudo. Cette sortie est nettement plus performante en taux que les séries précédentes, avec 158 d'Isu moyen.

Le numéro un de la race, Golden (168), sera disponible en semence sexée à partir de septembre (sous réserve d'une bonne production de doses).

Grégoire (163) est le moins laitier des nouveaux, mais il est le plus améliorateur en taux (3,8 de TP, 7,4 de TB). Il est également le leader de la longévité fonctionnelle.

Frelon (156) est le plus améliorateur en mamelles. Il est issu du même montage génétique que Fatal (154). Ce dernier est intéressant pour son profil reproduction.

Enfin, le plus laitier de la sortie, Garudo (151) est également celui qui s'affiche le plus haut en morphologie. C'est un Jérudo sur Spencer, comme Golden.

GoldenMeilleur nouveau taureau génomique en Isu, il devrait être proposé en semence sexée.

BrockyIl cumule les points forts de son père Classic, avec une bonne morphologie, et de son grand-père Périclès pour les taux et les fonctionnels.

Deux taureaux génomiques allemands

Pour la première fois, deux taureaux génomiques allemands seront disponibles. Dekade et Mind P apportent au schéma français de nouvelles combinaisons génétiques possibles, ainsi qu'un fort potentiel de longévité.

Le premier attirera les amateurs de gabarit, tandis que le second offrira un haut niveau de production laitière (1433).

Alors que la sortie française est marquée par de bons index taux, les deux allemands montrent quelques faiblesses sur ces postes.

Elsa Casalegno et Hélène Chaligne

A télécharger :

Plus d'information :

  • Institut de l'élevage (index français, puis choix de la race, puis index génomiques des jeunes taureaux ou index polygéniques et génomiques des taureaux confirmés)
  • Créavia