On connaît les relations plutôt conflictuelles entre agriculture et grande distribution et ce n’est pas la mise en application de la loi adoptée à la suite des États généraux de l’alimentation (EGA) qui a amélioré les choses.

Pourtant, durant la crise du Covid-19, nombre d’enseignes ont ouvert leurs portes aux producteurs situés à proximité de leurs magasins pour leur permettre d’écouler leurs stocks. À l’image d’Intermaché ou de Super U, qui ont fortement communiqué sur leurs initiatives pour aider les agriculteurs. Certains diront que c’est un geste intéressé. Peut-être… Mais les enseignes n’ont pas attendu les EGA et l’engouement pour les circuits courts et les produits locaux pour tisser des liens avec les producteurs. Preuve en est avec les alliances locales chez E.Leclerc qui existent depuis 2010, les filières qualités Carrefour en place depuis 1992, les filières engagées depuis 2014 chez Auchan ou encore Lidl, qui affiche plus de 5 000 contrats tripartites (enseigne/industriel/producteur). Certains agriculteurs estiment aujourd’hui avoir trouvé des partenaires plutôt que des concurrents.

Comme ce producteur de tomates, rencontré lors de la remise du palmarès 2019 des alliances locales de E.Leclerc, qui assure que ses relations avec l’enseigne lui ont permis de développer son exploitation, ou la famille Besson dans le Cantal qui travaille avec la grande distribution depuis plus de dix ans (lire p. 50). Plus récemment, plusieurs jeunes entreprises, comme Promus, Tout près d’ici, À deux pas d’ici ou encore Direct Market (lire p. 53) proposent de faciliter les relations entre la grande distribution et les producteurs, mais aussi de gérer la logistique qui est souvent un point de blocage pour les agriculteurs.

Il semble que la crise du Covid-19 ait accéléré la demande des consommateurs en produits locaux, une opportunité à saisir pour faire des grandes et moyennes surfaces des partenaires. Encore faut-il être bien protégé d’un point de vue juridique et bien connaître les règles du jeu, les relations avec les enseignes restant des relations commerciales.

Marie Salset