Si la transmission de la ferme familiale n’est pas anticipée ou mal préparée, elle peut avoir des conséquences fiscales non négligeables pour les enfants qui reprennent la suite. « Il n’est jamais assez tôt pour s’en préoccuper, notamment au niveau de la fiscalité applicable », avertit Arnaud Taran, notaire à Auch (Gers).
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !