Plus personne – ou presque – ne le conteste : le réchauffement climatique est une réalité, et il va en s’accélérant (lire p. 46). Pas de quoi réjouir les éleveurs, qu’ils mènent des troupeaux de ruminants ou des cheptels de porc ou de volailles. Car leur activité en subit les conséquences de plein fouet. Les températures en hausse et des précipitations plus aléatoires «...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Les besoins des industriels sont couverts

Les industriels du grand Ouest, qui affichent des besoins moindres, n’ont aucune difficulté à s’approvisionner en réformes laitières. Du côté des bons animaux viandés et finis, le commerce ne fait pas apparaître de changements significatifs en ce début de semaine. La pression reste marquée dans les allaitantes de choix secondaire.