Les statistiques sont sans appel : le nombre d’abattoirs de boucherie ne cesse de décroître en France. Selon le ministère de l’Agriculture, il n’en restait plus que 263 en 2015, contre 767 en 1980. Si les volumes annuels varient de 10 tonnes à 200 000 tonnes équivalent carcasse (téc) selon les outils, une tendance perdure : l’activité se concentre vers d’importants établissements privé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

La consommation est peu dynamique

Malgré une réduction de l’offre en réformes laitières, aucune détente n’est observée sur le marché. Bien que les ventes de pièces à griller soient plus régulières, la consommation globale reste peu soutenue. Le redémarrage de la restauration et des fast-foods ne compense pas la fermeture des cantines. Du côté des vaches allaitantes, les prix tendent à se stabiliser.
Votre analyse du marché - Ovins

L’approche de l’Aïd-el-Kébir facilite la vente

La météo est plus favorable à la consommation, mais les abatteurs ne montrent pas de gros besoins en dehors des actions promotionnelles dans les magasins. L’animation commerciale est en revanche assurée par les opérateurs qui achètent des agneaux mâles en prévision de l’Aïd-el-Kébir qui se déroulera en fin de mois.