Nourrir, abreuver et soigner les animaux d’élevage ne suffit plus à satisfaire les demandes sociétales vis-à-vis du bien-être animal. « C’est un sujet difficile, car les attentes du public sont parfois adossées à une méconnaissance des contraintes en élevage », analyse Hervé Guyomard, directeur de recherche à l’Inrae. Ces pressions peuvent pourtant conduire à un durcissement...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Léger recul de l’activité

Cette semaine, le niveau de la demande se rétracte, avec environ 1 200 animaux de moins sur les chaînes des abattoirs. Le niveau reste pour autant très convenable au regard des 61 836 animaux abattus en semaine 38. En revanche, la proportion d’animaux en manque de finition progresse, entraînant une pression sur les prix des bovins allaitants comme laitiers, en note d’engraissement 1 et 2.