La hausse des températures a de fortes répercussions sur le bien-être des vaches laitières car elles sont beaucoup plus sensibles à la chaleur que l’homme. La plage des températures où l’animal se sent bien se situe entre 2 et 15 °C. En dehors de cette zone du thermomètre, « la vache est contrainte de s’adapter. Si son adaptation est facile entre 15 et 22 °C, au-dessus, l’acclimatation se complique­, surtout si l’humidité dans l’air est importante.

Autrement dit, les conditions de l’été 2021, beaucoup moins chaudes que celles des années précédentes, sont déjà très pénibles pour les ruminants. D’ailleurs, le 23 août dernier, quand Yannick Blanc entre dans la stabulation de Valérie et Damien Charrier, en Ardèche, pour réaliser le tout nouveau diagnostic de stress thermique, les ventilateurs sont tous en action (lire pages 60 et 61). Ce diagnostic vise à détecter les points d’amélioration potentielle pour réduire l’inconfort des laitières. Ventilation naturelle ou mécanique, aménagement du bâtiment, alimentation du troupeau… Tout est inspecté. Les résultats de l’expert vont dans le sens des projets des exploitants qui ont prévu d’investir pour réaménager les logettes. Agrandir les ouvertures sur les longs pans est également à l’étude.

« Les bardages fixes ne sont plus adaptés aux bâtiments des bovins », insistait Jacques Capdeville, de l’Institut de l’élevage, lors de la dernière édition du Space (lire La France agricole du 25 septembre 2019).

L’augmentation de la taille des ouvertures sur les longs pans de la stabulation est au programme du Gaec de Rouergue, dans le Lot (lire pages 62 et 63). Les deux associés ont déjà installé des ventilateurs dont ils ont corrigé le fonctionnement pour davantage de confort. Ils ajustent également sans cesse la ration et les conditions de logement (nouveaux matelas dans les logettes) pour que leurs vaches soient toujours à leur aise.

Marie-France Malterre