Âgés de 25 à 35 ans, les agricultrices et agriculteurs rencontrés dans cette enquête se sont installés sur des exploitations très différentes, reflet de la diversité française. Les problématiques que cette jeune génération doit gérer, voire affronter, sont multiples : pression environ­nementale, bien-être animal, marchés mondiaux, réchauffement climatique, énergies renouvelables, innovations technologiques, circuits courts, prédateurs­…

Face à ces contraintes et à de nouvelles opportunités à saisir, ils nous expliquent comment ils s’adaptent et tentent de se projeter dans l’avenir. Martin, céréalier, a lancé divers projets pour limiter l’érosion, favoriser la biodiversité et mieux protéger les riverains. Éleveurs de porcs, Stéphanie et son mari vont investir un million d’euros dans un bâtiment pour éviter un maximum de stress aux animaux. Face aux fluctuations des marchés mondiaux, Thibaut mise sur le stockage de ses céréales quand Jean-Loup sait qu’avec le réchauffement climatique, il devra être capable de produire et de garder du fourrage de qualité pour ses bêtes. Avec le manque de matière organique et l’érosion de leur sol, Bérenger et Aurélien misent sur les couverts végétaux, qu’ils valorisent en produisant du biométhane. Jérémy et Guillaume ont automatisé la traite de leurs 135 laitières, gagnant ainsi du temps pour eux et leurs familles. Quant à Lilian, producteur de fruits et légumes, il conjugue circuits courts et circuits longs pour sécuriser sa structure. Enfin, Axelle, installée il y a cinq ans avec 200 brebis allaitantes, n’a rien perdu de sa vocation malgré les attaques du loup.

Aussi divers soient-ils, ces paysans représentent l’agriculture d’aujour­d’hui mais aussi la relève, celle qui continuera à nourrir la population, en essayant de répondre au mieux à ses attentes, voire à ses exigences.

Sommaire

Jeunes agriculteurs : La jeune génération s’adapte La jeune génération s’adapte