Comment les pouvoirs publics prennent-ils le pouls de l’agriculture ? En grande partie grâce aux remontées d’informations issues des comptabilités des exploitations. C’est le rôle du Réseau d’information comptable agricole (Rica). Le ministère de l’Agriculture précise qu’il permet « d’analyser les revenus [des fermes] et leur diversité », et « d’évaluer et simuler l’impact des politiques agricoles ».

L’observatoire des prix et des marges, par exemple, s’appuie sur le Rica. C’est sur lui aussi que se base le diagnostic de 130 pages présenté au Conseil supérieur d’orientation de l’agriculture, qui alimentera les débats sur le plan stratégique national dans la prochaine Pac. En bref, dès qu’on parle d’économie agricole en France, on extrapole à partir de ce réseau.

Or, ce dernier fournit des renseignements incomplets, pour ne pas dire carrément­ biaisés. Conformément au réglement européen, il ne couvre que les exploitations ayant une certaine dimension économique, soit les moyennes et grandes.

Toutes les petites structures sont ainsi exclues des principales bases de données censées éclairer les politiques agricoles, en France comme en Europe. Sur quel critère ? Leur faible production, estimée par leur surface et leur cheptel. Une production brute qui n’a rien à voiravec la création de valeur ajoutée, et qui reflète très mal le potentieléconomique de nombreuses petites fermes.

Ces dernières représentent encore un tiers des exploitations agricoles de France métropolitaine (et bien plus ailleurs en Europe). Sont-elles insignifiantes, au point de justifier leur non -prise en compte par les politiques ? Sont-elles toutes « non professionnelles », comme on les a longtemps étiquetées ? Ou peuvent-elles incarner aussi d’autres types d’agriculture professionnelle, qui s’en sortent sans économies d’échelle et sans débouchés à l’export ?

Nous sommes partis à la rencontre de ces agriculteurs français, qui composent une facette méconnue du secteur. Et prouvent que ce n’est pas la taille qui compte !

Par Bérengère Lafeuille

Sommaire

Petites exploitations : PETITES EXPLOITATIONS Une richesse ignorée Une richesse ignorée