Plus la complexité des machines augmente et plus les terminaux en cabine se multiplient. Entre les paramètres du tracteur ou de l’automoteur, les fonctions de certains organes de l’engin, le guidage et les caméras de surveillance, la vigilance du chauffeur est mise à rude épreuve et la visibilité sur la droite est obstruée par les écrans. L’Isobus permet de réduire le nombre de terminaux en basculant sur l’ordinateur de bord du tracteur l’intégralité des paramètres de l’outil attelé. Mais le chauffeur est confronté à un nouveau problème : jongler en permanence entre les différents menus et affichages.

Configuration rapide

Plusieurs constructeurs proposent des solutions pour ajouter un second écran, qui fonctionne en « esclave » du terminal principal. Grimme a dévoilé sa solution lors d’Agritechnica. Le spécialiste des cultures industrielles offre la possibilité de diviser l’interface utilisateur d’une machine en deux terminaux Isobus, afin d’afficher simultanément différents masques de réglage. Pour le chauffeur, l’utilisation de ces écrans « maître-esclave » est simple. Lorsque la machine est reliée au tracteur­ ­par Isobus pour la première fois, un assistant de configuration démarre automatiquement. Dans le menu de ce dernier, l’utilisateur peut facilement spécifier si un ou deux terminaux de commande doivent être employés.

De son côté, Amazone propose depuis peu une extension d’écran appelée AmaTron Twin. Il s’agit d’une tablette Android ou d’un iPad qui permet de saisir et visualiser les fonctions GPS, tandis que l’AmaTron 4 s’occupe de la saisie et de la visualisation des paramètres de la machine. La tablette se connecte à l’AmaTron 4 via le WiFi local.

Corinne Le Gall

 

Avec le dispositif AmaTron Twin, il est possible de récupérer les données du guidage sur l’écran principal et de les afficher sur une tablette. © Amazone
Avec le dispositif AmaTron Twin, il est possible de récupérer les données du guidage sur l’écran principal et de les afficher sur une tablette. © Amazone