«Je ne veux plus jamais descendre dans mes silos, trouvez-moi une solution. » Zach Hunnicutt, agriculteur dans le Nebraska, au centre des États-Unis, stocke sa récolte de maïs et soja dans une dizaine de silos. Il descend dans chaque cellule au moins cinq fois par campagne. Traumatisé par l’accident fatal de son oncle, pris au piège dans un silo en 5 secondes et enseveli totalement en 20 secondes, il a sollicité deux fils d’agriculteurs des environs, ingénieurs en robotique, pour lui trouver une alternative. Ben Johnson et Zane Zents se sont mis au travail.

 

Pour vérifier que le Grain Weevil supporte le flux de grains au remplissage, il a été testé sous la vis de vidange d’une moissonneuse-batteuse. © Grain Weevil
Pour vérifier que le Grain Weevil supporte le flux de grains au remplissage, il a été testé sous la vis de vidange d’une moissonneuse-batteuse. © Grain Weevil

« À l’heure actuelle, il n’y a rien de plus rapide, efficace et économique qu’un agriculteur armé d’une pelle pour casser la croûte qui peut se former sur les tas et niveler l’ensemble. Notre robot doit donc s’acquitter de la même tâche à un prix attractif et surtout sans risque d’ensevelissement, car l’objectif n’est pas de vider le silo pour récupérer l’engin », précise Zane Zents.

Solution radiocommandée

Baptisé Grain Weevil (charançon, en français), le petit robot pèse moins de 15 kg, ce qui réduit considérablement le risque d’ensevelissement. Afin de contenir son prix, les deux ingénieurs ont opté pour un pilotage à distance, même si une solution totalement autonome est proposée. Le robot reprend le principe de la vis à grain utilisée pour niveler le tas sur les grosses installations avec quatre petites vis qui remplacent les roues. Le robot grimpe sur le tas et aère naturellement la surface en se déplaçant. Si une croûte s’est formée, elle se brise avec le passage des vis.

 

En version économique, le Grain Weevil est piloté à distance par l’agriculteur. © Grain Weavil
En version économique, le Grain Weevil est piloté à distance par l’agriculteur. © Grain Weavil

Pour les installations comme celles de Zach Hunnicutt, plusieurs robots sont nécessaires pour maintenir un rythme de travail soutenu, car le Grain Weevil a un rendement plus faible que l’agriculteur. Ben et Zane prévoient de faire travailler ces robots en essaim, avec une synchronisation automatique. Ils envisagent également de leur permettre de s’arrimer ponctuellement afin de créer un robot de grande capacité, par exemple pour intervenir sur une croûte de plusieurs centimètres d’épaisseur.

Corinne Le Gall