La rémunération des agriculteurs pour stocker le carbone dans leur sol se met en place peu à peu. Afin de les épauler dans cette nouvelle activité, plusieurs start-ups développent des logiciels et des offres totalement intégrées. L’idée est de surveiller les cultures, notamment à l’aide des satellites Sentinel, pour évaluer ensuite la quantité de carbone stocké. Parmi la poignée d’entreprises qui travaillent sur ce sujet, deux sont françaises – MyEasyFarm et NetCarbon – et sont prêtes à lancer leur solution.

Évaluer le stockage en fonction des pratiques

Le spécialiste du logiciel de gestion d’exploitation MyEasyFarm travaille au développement d’un programme pour certifier le futur label bas carbone en grandes cultures. L’éditeur intervient en collaboration avec plusieurs instituts techniques sur la mesure du stockage du carbone dans le sol ou les émissions de gaz à effet de serre, pour interfacer leurs outils dans MyEasyCarbon. L’objectif est de remonter les informations concernant le carbone de la manière la plus simple. MyEasyFarm vient ainsi de conclure un partenariat avec Agro-Transfert afin d’adapter Simeos-AMG, son outil de simulation de l’évolution de l’état organique des sols, basé sur la méthode AMG.

Le spécialiste du logiciel de gestion d’exploitation MyEasyFarm développe un logiciel d’évaluation du stockage du carbone dans le sol. Son coût sera d’environ 200 euros par an pour 100 hectares. © MyEasyFarm
Le spécialiste du logiciel de gestion d’exploitation MyEasyFarm développe un logiciel d’évaluation du stockage du carbone dans le sol. Son coût sera d’environ 200 euros par an pour 100 hectares. © MyEasyFarm

 

Ce dispositif permet d’évaluer l’évolution du stockage du carbone dans le sol en fonction des pratiques culturales des agriculteurs. Simeos-AMG sera interfacé avec MyEasyCarbon et servira au calcul du scénario de référence et à la simulation de gains potentiels de stockage de CO2 dans le sol, grâce aux changements de pratique culturale des agriculteurs. Le logiciel permet également de documenter en temps réel et sans saisie les interventions dans chaque parcelle pendant la durée d’un projet bas carbone. À cet effet, MyEasyFarm utilise les données Satellite Sentinel et la remontée automatique d’informations par les matériels agricoles ou les smartphones des chauffeurs. Le logiciel calcule ensuite le bilan annuel effectif des crédits carbone générés sur l’exploitation.

Mesurer et valoriser

De son côté, la start-up NetCarbon propose une solution gratuite pour les agriculteurs permettant de mesurer et valoriser le carbone séquestré. NetCarbon se rémunère en valorisant le CO2 capté dans les parcelles grâce à la vente à des entreprises qui veulent atteindre la neutralité carbone. Elle utilise les images satellites des constellations Planetscope et du programme Copernicus pour évaluer le stockage de CO2 dans les parcelles. En combinant les données avec des algorithmes, NetCarbone est capable d’effectuer cette mesure quotidiennement, avec une résolution de 3 mètres. Les agriculteurs qui nouent un partenariat avec la start-up ont accès à ces données et peuvent constater l’impact de leurs pratiques. NetCarbone, qui suit l’évolution de CO2 stocké à l’échelle de la parcelle, est à même de valoriser la différence et de rémunérer l’agriculteur sur cette base. Corinne Le Gall