J ean-François Lhote a choisi d’exercer son métier dans le cadre d’une société anonyme (SA). I l a opté pour ce statut en 1993, après avoir exploité vingt ans en individuel. « J’ai trois enfants, je ne voulais pas risquer de morceler la propriété. » Fils unique, il a hérité de la ferme familiale en 1972 au décès prématuré de son père. Ce cé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !