Damien Roy, agriculteur à Mortagne-sur-Sèvre (Vendée), est à l’origine, avec neuf autres exploitants, d’un méthaniseur alimenté uniquement à partir de déchets, notamment les effluents d’élevages des différentes exploitations.

Depuis 2017, ces agriculteurs commercialisent une partie de leur production de bio-GNV via une station-service placée à quelques centaines de mètres de l’unité de méthanisation. Sous la marque AgriCarbur’, ils distribuent un biométhane qui alimente des véhicules légers et des poids lourds. Ces derniers sont déjà produits en série pour ce type de carburant. Alors que les voitures sont pourvues d’une motorisation hybride et conservent un réservoir à essence, les camions sont alimentés à 100 % au biogaz.

Depuis la création de la station-service, de plus en plus d’engins du secteur franchissent le cap. Ainsi, plus d’une quinzaine de véhicules légers et autant de camions s’y approvisionnent. Contrairement au machinisme agricole, Iveco ou Scania commercialisent déjà des modèles de camions roulant au biogaz. Pour les voitures, c’est principalement le groupe Volkswagen qui propose des véhicules adaptés.

Comme les frères Peterschmitt, les exploitants testeurs ont utilisé le New Holland Methane Power. Producteurs et distributeurs de bio-GNV, ils sont intéressés par un tracteur carburant au gaz. Mais à la différence des camions ou des voitures, lorsqu’ils ont souhaité investir, le tractoriste a indiqué qu’il n’était pas possible d’acheter ce véhicule. Prototype, il n’est pas encore produit en série.