En 2019, plus de deux mille exploitations étaient conduites en agriculture biologique en Normandie, et la surface totale (bio et conversion) dépassait 100 000 ha. « Des agriculteurs des divers réseaux agriculture de conservation se sont convertis en bio en 2018 et 2019, raconte Jacques Girard. Le non-labour est d’autant plus un sujet d’intérêt. » Le semis direct sans travail du sol en bio n’a toutefois pas été testé. « Il est déjà difficile de se passer de charrue en bio, et divers retours d’expérience ont montré que se passer de tout travail du sol reste compliqué, notamment pour gérer les couverts d’interculture.»