« Les États généraux de l’alimentation n’ont rien changé. La logique du prix bas prévaut encore et toujours », s’agace la Fédération nationale porcine (FNP), dans un communiqué publié le 13 mars. « Les retours des transformateurs sont unanimes : c’est de pire en pire et les négociations de 2019 se sont tenues dans une logique déflationniste », insiste Paul Auffray, son président. Pourtant, tous les espoirs étaient permis, avec la publication, en février, du premier tableau de bord mensuel des indicateurs de la filière, diffusé aux acteurs du secteur par l’interprofession (Inaporc). Y figure notamment le coût de production en élevage, établi à 1,52 €/kg. « La distribution a avancé ne pas avoir obtenu à temps ce document, indique Paul Auffray. Elle est donc restée inflexible et a refusé d’utiliser les indicateurs. Le fond du problème est que les éleveurs ne sont pas directement impliqués dans ces négociations, alors qu’ils doivent en supporter le résultat . »

V. Guyot