En 2017, l’Anses a réalisé des enquêtes épidémiologiques sur l’importance du picage dans 160 élevages. Les résultats montrent davantage de lots avec plumage dégradé en cages aménagées (33 %) par rapport au plein air (24 %), avec toutefois une mortalité moins élevée en cage (2,5 %) qu’en plein air (8,8 %).