«Le gouvernement a été réactif, souligne Raymond Girardi, vice-président du Modef. Mais en dessous de l'attente réelle des agriculteurs ». Sur les seuls départements du Vaucluse, de l’Hérault et du Lot-et-Garonne, le syndicat rapporte des pertes de 800 millions d’euros, soit la quasi totalité de l’enveloppe débloquée. « Le compte n'y est pas, déplore l’élu. Nous souhaiterions déplafonner les taux d’indemnisations du régime des calamités à 80 % au lieu des 40 % annoncés. »