Dans la moitié des régions du Sud, Terres Inovia alerte sur la nécessité d’irriguer le colza et les protéagineux. « Un apport de 30 à 40 mm entre début floraison et G4 (10 premières siliques bosselées) + 2 semaines permettrait de gagner jusqu’à 8 q/ha et 2 à 2,5 points d’huile », estime l’institut. En pois et féverole, un apport de 30 mm entre le début et la fin floraison permettrait un gain de rendement de l’ordre de 4,5 à 6 q/ha. « Le manque d’eau engendre peu de symptômes visibles en végétation, mais il arrête prématurément la floraison pour le pois et limite le remplissage des gousses pour la féverole, prévient Terres Inovia. C’est un point d’inquiétude majeur dans les régions du Sud, excepté pour les départements du Gard et de l’Hérault ! »

Par ailleurs, broyer des couloirs de circulation pour les enrouleurs fait perdre environ 1 q/ha, soit un niveau inférieur au gain espéré avec l’irrigation.

Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza tutoie les 620 euros la tonne

Les prix du colza terminaient la semaine sur un nouveau record, vendredi 24 septembre 2021, sur le marché européen, passant même brièvement la barre des 620 euros la tonne dans un marché où l’offre peine à suivre la demande.