Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Tournesol : limiter les adventices difficiles

réservé aux abonnés

 - -->
Stratégie. Les traitements de post-levée sur variétés tolérantes favorisent la gestion des adventices difficiles. © C. Watier

Une petite dizaine de mauvaises herbes complique la conduite de la culture.

Parmi les mauvaises herbes délicates à gérer figurent en bonne place l’ambroisie et l’Ammi majus . L’ambroisie à feuille d’armoise couvre aujourd’hui la quasi-totalité du territoire. « Nous incitons les agriculteurs à la plus grande vigilance vis-à-vis de ces deux adventices, déclare Franck Duroueix, ingénieur Terres Inovia à Agen. Que ce soit en céréales ou en tournesol, elles sont combattues avec des inhibiteurs de l’ALS, ce qui nous conduit à conseiller un traitement de prélevée systématique avec une autre famille chimique afin de prévenir les résistances. »

Dans les parcelles très infestées d’ambroisie, les variétés Clearfield ou Express Sun sont obligatoirement désherbées en prélevée, à l’aide du mélange Racer ME (2 l/ha) + Nikeyl (2 l/ha). En postlevée, le fractionnement de Pulsar 40 (0,6 l/ha) + Dash HC à deux trois feuilles du tournesol, renouvelé avec Pulsar 40 (1,25 l/ha) + Dash HC dix jours plus tard ou d’Express SX (30 g/ha) + Trend 90 aux mêmes stades, donne de bons résultats sans être parfait. Dans le cas de l’Ammi majus, ombellifère qui apprécie les argilo-calcaires, le désherbage de prélevée fait appel à Novall (1,5 l/ha) seul ou associé à Racer ME (2 l/ha). Comme l’ambroisie, l’Ammi majus est sensible aux désherbants utilisés sur variétés Clearfield et Express Sun.

Lutte agronomique en complément

Pour ces deux mauvaises herbes, la lutte agronomique peut avoir un impact fort. La pratique des faux semis après moisson et une préparation précoce du sol au printemps favorisent l’émergence des plantules qui sont détruites avant semis.

« Dans un essai conduit en Deux-Sèvres, le décalage de la date de semis au 2 mai a permis d’éliminer 85 ambroisies au m² via un passage de glyphosate, » commente Frank Duroueix. La centaine restante peut ensuite être gérée avec les produits de postlevée, voire un binage.

Le tournesol sauvage est reconnaissable à son port buissonnant et ses multiples petits capitules à floraison. Sa gestion passe par la voie chimique et l’emploi de variétés Clearfield ou Express Sun. Pulsar 40 ou Express SX sont à employer à pleine dose au stade 4 feuilles de la culture. Après vérification du résultat, un binage peut venir compléter le travail, sans omettre d’éliminer à la main les plantes rebelles qui pourraient rester sur le rang.

Très présent dans le Sud-Ouest, le seul recours contre le xanthium passe par les variétés tolérantes aux herbicides de postlevée. Dans ce cas de figure, Pulsar 40 (1,25 l/ha) + huile ou fractionné en deux demi-doses donnent des résultats quelque peu supérieurs à Express SX en un passage (45 g/ha) ou fractionné en deux (25 g/ha puis 20 g/ha). Le recours à un binage de complément s’avère souvent utile.

« Ces dernières années, nous assistons également à une progression très nette de la renouée liseron, constate Franck Duroueix. La modification des programmes de désherbage céréales y est sans doute pour quelque chose. Sur cette adventice difficile, il faut privilégier les programmes de prélevée à base de pendiméthaline (Prowl 400), en association avec une autre spécialité comme Challenge, Racer ou Nikeyl. » Dans les parcelles très sales, les désherbants de postlevée utilisés sur variétés Clearfield et Express Sun complètent l’action.

Vincent Thècle
Binage : un réel intérêt sur dicotylédones

Combiné au désherbage chimique, le binage se révèle d’un grand intérêt sur adventices difficiles. « Pour un résultat satisfaisant, qui peut aller de 50 à 100 % d’efficacité sur dicots, il est conseillé d’intervenir sur sol sec, sur des adventices à moins de 3 feuilles, et d’avoir l’assurance de quelques jours sans pluie après le passage de la bineuse », conseille Franck Duroueix. En termes de praticité et d’efficacité, le créneau se situe entre 4 et 10 feuilles du tournesol.

Présemis

Sur chardon, un recul de la date de semis peut permettre un traitement au glyphosate des ronds déjà levés. Si cette technique est insuffisante pour l’éradiquer, elle réduit la nuisibilité sur la culture en place. Sur variétés Express Sun, le traitement en post­levée avec Express SX à 45 g/ha + Trend 90 accentue encore la pression.

Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza tutoie les 620 euros la tonne

Les prix du colza terminaient la semaine sur un nouveau record, vendredi 24 septembre 2021, sur le marché européen, passant même brièvement la barre des 620 euros la tonne dans un marché où l’offre peine à suivre la demande.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !