Les conditions douces et sèches favorisent les attaques de ravageurs de la lentille. La culture est sensible aux thrips jusqu’au stade 4 feuilles. « Pour les détecter, placez environ vingt jeunes plantes dans un sac plastique transparent hermétique, à température ambiante, conseille Gwenola Riquet, ingénieure Terres Inovia. Au bout d’une quinzaine de minutes, vérifiez s’il y a présence de petits insectes noirs à la surface du sac. »

La lentille est également sensible aux sitones, jusqu’au stade 5-6 feuilles. Une intervention doit être envisagée si des morsures sont observées sur 50 % d’un échantillon de vingt plantes. « La nuisibilité de cet insecte est généralement faible », précise la spécialiste. Si les dégâts des adultes sont peu préjudiciables à la lentille, ceux provoqués par les larves le sont plus : en se développant dans les nodosités de la lentille, elles perturbent sa nutrition azotée. Celle-ci peut être vérifiée en observant les nodosités, qui doivent être rosées à l’intérieur : prélevez une plante à partir du stade 4 feuilles avec sa motte de terre et délitez-la dans l’eau tiède.

Justine Papin