Installé depuis 2007 sur la ferme familiale convertie en agriculture biologique depuis 1978, Romain Lhopiteau cultive pour la seconde année de la betterave sucrière sous contrat avec Tereos. Il s’est orienté vers cette espèce parce qu’elle participe à la diversification de son assolement, ce qui est toujours intéressant d’un point de vue agronomique. Mais elle lui permet aussi de valoriser l’irrigation ainsi que son compost...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !