De plus en plus courante, la cohabitation poules-arbres fruitiers est-elle pour autant bénéfique à l’activité arboricole ? « C’est ce que nous avons cherché à mieux cerner. Notre objectif étant de mesurer l’impact de cette pratique sur les populations d’insectes et sur l’enherbement, deux sujets encore mal renseignés », explique Fanny Leberre, ingénieure et responsable de l&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
15%

Vous avez parcouru 15% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !