Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Insectes à l’automne : tenir comptedu risque agronomique avant d’intervenir

réservé aux abonnés

 - -->
Compte tenu des résistances des grosses altises et des charançons du bourgeon terminal (en photo) aux pyréthrinoïdes, il est recommandé d’employer des organophosphorés. © Jung Laurent

La nuisibilité des larves de grosses altises et du charançon du bourgeon terminal est dépendante de la dynamique de croissance du colza.

Ces dernières campagnes, les insectes ravageurs ont fortement impacté la culture de colza, et ce d’autant plus que les implantations ont été souvent problématiques. Le charançon du bourgeon terminal et les larves d’altises, deux insectes rencontrés au début du cycle de la culture, sont parmi les plus préjudiciables, notamment parce qu’ils se révèlent résistants aux insecticides de la famille des pyrétrinoïdes.

Dans ce contexte, Terres Inovia propose une nouvelle règle de décision sous forme de tableaux (lire ci-contre). Cette dernière intègre désormais le risque agronomique car la nuisibilité des insectes reste dépendante de la dynamique de croissance du colza.

Il est ainsi essentiel de prendre en compte trois éléments. Premièrement, est-ce que la biomasse est suffisante au moment de la prise de décision ? Deuxièmement, la croissance du colza au cours de l’automne est-elle continue ou non ? Troisièmement, l’arrêt de croissance hivernal du colza risque-t-il d’être long ? « Un risque “a priori” peut être estimé tôt au cours de l’automne, mais l’observation au champ au moment de la prise de décision est à privilégier car bien plus fiable », insiste à ce sujet l’institut technique.

À chaque élément à prendre en compte, un tableau correspond et aboutit à une note. En faisant la somme des trois chiffres, on obtient le risque agronomique, (fort, moyen ou faible). Il suffit ensuite de coupler ce résultat à l’évaluation de la pression d’insectes pour connaître le risque global. Par conséquent, savoir s’il est recommandé de traiter ou si l’impasse est conseillée.

Juger la pression ravageurs

Sur larves de grosses altises, et en l’absence de risque agronomique, la pression est jugée élevée, et nécessitera une intervention insecticide lorsque le seuil de cinq larves par plante est atteint. En revanche, en cas de risque agronomique fort à moyen, l’institut Terres Inovia recommande d’agir à partir de 2-3 larves par pieds ou 70 % de plantes porteuses de larves.

En ce qui concerne le charançon du bourgeon terminal, une impasse est envisagée lorsque le risque agronomique est faible de même que celui historique de présence du coléoptère.

D’autre part, un insecticide sera utilisé seulement si on a observé l’insecte dans les cuvettes jaunes ou s’il a été capturé dans le cadre des Bulletins de santé du végétal.

Céline Fricotté

La méthode Berlèzepour les larves d’altises

Si pour les charançons du bourgeon terminal, il faut surveiller les cuvettes jaunes et consulter les Bulletins de Santé du végétal (BSV), pour estimer la pression des larves d’altises, il est recommandé de mettre en place la méthode Berlèze.

Plus simple et plus fiable que la dissection, elle consiste à laisser les plantes sécher sur un grillage placé au-dessus d’une cuvette d’eau avec quelques gouttes de produit vaisselle. Les larves de grosses altises sortent alors progressivement des plantes et tombent dans le liquide. Pour cette opération, il faut prélever une trentaine de plantes (6 x 5 plantes consécutives), les placer dans une pièce bien chauffée (>18 °C), à faible humidité relative, et attendre au moins quinze jours que toutes les larves paraissent.

Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza s’approche des 700 euros la tonne sur Euronext

Les cours du colza s’envolaient de nouveau ce mercredi 20 octobre 2021 après-midi sur le marché européen. Ils s’approchaient du seuil symbolique des 700 euros la tonne à brève échéance, porté par les autres huiles et les coûts de l’énergie.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !