Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Glyphosate : la difficile quête d’alternatives en ACS

réservé aux abonnés

 - -->
La destruction des couverts sans chimie est difficilement envisageable sans recours à un travail superficiel du sol. © J. Papin

En l’absence de désherbage chimique, les systèmes en agriculture de conservation des sols (ACS) semblent compliqués à poursuivre. Des méthodes pour contourner ces impasses sans travail du sol sont à l’essai.

comment se préparer à l’après-glyphosate quand on pratique l’agriculture de conservation ? La chambre d’agriculture des Pays de la Loire s’est emparée de la problématique de la destruction des couverts dans le cadre du projet « Cap sans glypho », engagé pour trois ans. « À l’heure actuelle, le travail du sol superficiel semble être une alternative nécessaire, explique Mathieu Arnaudeau, conseiller en agronomie. Beaucoup d’agriculteurs en semis direct s’interrogent sur l’avenir de leur système. »

Manque d’efficacité

Dans cette recherche de solutions, deux méthodes ont été à l’essai cette année, sur prairie et sur couvert : le désherbage électrique et l’application de Beloukha, un produit de biocontrôle à base d’acide pélargonique. Du vinaigre blanc et du Désherbail, une préparation à base d’ail, ont également été testés sur couvert.

Le désherbeur électrique (Zasso) produit un courant qui circule à travers la plante et ses racines. Si des essais d’Arvalis-Institut du végétal avaient montré du potentiel, les résultats se sont révélés peu concluants dans ce cas, tant sur la prairie que sur le couvert. « Face à des biomasses importantes, l’outil présente des limites, analyse Mathieu Arnaudeau. On note une efficacité immédiate sur les plantes, dont la croissance ralentit sur une dizaine de jours. Au-delà, la végétation repart. Pour un couvert dont l’objectif est la production de biomasse afin d’alimenter un troupeau, par exemple, la technique n’est pas adaptée. »

Les légumineuses ont été plus sensibles au choc électrique, sans pour autant être totalement détruites. « Nous avons aussi réalisé un suivi de l’impact de la décharge sur la vie du sol : il est minime sur les vers de terre, mais reste à confirmer, car la biomasse a pu être un biais. Le désherbage électrique perturbe, en revanche, les nématodes », note le conseiller. Les propriétés chimiques du sol ne sont pas affectées. Cette méthode serait sans doute plus efficace sur plantule… Mais à quel coût ?

Quant au biocontrôle, les conclusions ne sont guère plus encourageantes. « Il n’y a rien de concret dans la durée, ajoute-t-il. De plus, il faut des conditions d’applications idéales pas toujours réalisables. »

Avenir incertain

Et Mathieu Arnaudeau de conclure : « Aujourd’hui, il n’existe pas de solution miracle. Il faudra compter sur un ensemble de leviers, dont la réintroduction d’un léger travail. » Le non-travail du sol reste envisageable, par opportunisme, « au cas par cas, et en fonction des années. Il sera difficile de le généraliser. »

Justine Papin

L’élevage, un levier non négligeable

Les agriculteurs du groupe de travail sont en polyculture-élevage, avec un système en semis direct, en base prairie. Dans ce cas, le pâturage est une méthode pour gérer la destruction d’un couvert. « Il faut remettre l’élevage au centre du système. Mais cela fonctionne surtout pour les parcelles à proximité de l’exploitation », précise Mathieu Arnaudeau.

ACS et AB, même combat

Si les agriculteurs bio ne sont pas confrontés à la problématique du glyphosate, à l’instar de leurs collègues en semis direct, ils rencontrent les mêmes difficultés de gestion du désherbage. « En agriculture biologique, le levier du travail du sol est sans doute trop utilisé. Pour éviter de déstructurer tout le sol et limiter la consommation de carburant, un mulch ou un travail plus superficiel sont des pistes à explorer », indique Mathieu Arnaudeau.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !