Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Désherber les betteraves avec deux solutions majeures en moins

réservé aux abonnés

 - -->
La disparition des herbicides à base de chloridazone et de desmédiphame ne laissera pas les producteurs de betteraves dans une impasse technique. © B. Cailliez

Deux matières actives très employées pour le désherbage des betteraves vont disparaître courant 2020. L’ITB présente les solutions pour les remplacer.

L’année 2020 va être marquée par la disparition de matières actives très utilisées pour le désherbage des betteraves sucrières, la chloridazone, présente notamment dans Zepplin et Menhir FL, et le desmédiphame, que l’on retrouve dans Bétanal Booster, Beet Up Compact, Bétanal Max Pro, etc. « Contrairement à ce que l’on pensait il y a quelques mois, il est encore possible de se servir de la chloridazone cette année, puisqu’elle est encore autorisée jusqu’au 31 décembre 2020, précise Cédric Royer, de l’ITB (1). De même, le desmédiphame peut être employé jusqu’au 30 juin 2020. Au-delà de ces dates, les produits devront être classés en PPNU (2) dans le local phyto.

Contre les ombellifères

« Zepplin avait l’avantage d’être très efficace contre les ombellifères, notamment en pré-émergence, souligne l’ingénieur. Il est composé de quinmérac et de chloridazone. Seule cette dernière sera interdite. Un nouveau produit qui associe le quinmérac à la métamitrone (matière active de Goltix) vient d’être homologué, il s’agit de Kezuro de BASF. En cas de fortes infestations d’éthuses ou d’ammi majus, Zepplin pourra être remplacé par Kezuro à 3,5 l/ha. » Mais pour celui-ci, dans la majorité des cas, les interventions de prélevée ne sont pas justifiées. « Kezuro est aussi autorisé en post-levée mais comme il est fortement grammé en métamitrone, dans les interventions de post-semis contre les ombellifères, on préférera conseiller Safari, ou contre les éthuses, Centium 36CS, qui constituent un meilleur compromis entre efficacité et coût d’intervention. »

Quant au desmédiphame, il n’était jamais exploité seul, mais associé à une, deux et parfois trois matières actives, du phenmédiphame, de l’éthofumesate, voire du lénacile. « Le desmédiphame est présent dans les produits haut de gamme qui apportent surtout une action intéressante les années sèches ou en conditions difficiles, remarque Cédric Royer. Il est encore toléré cette année, c’est donc progressivement que nous allons apprendre à nous en passer. Toutefois, nous sommes capables de désherber les betteraves sans desmédiphame. » Son interdiction ne laisse pas les producteurs dans une impasse technique. Plusieurs produits à base de phenmédiphame et d’éthofumésate déjà homologués sont d’ailleurs relancés par les entreprises. « Nous allons les étudier en programme en 2020, et serons en mesure d’apporter un conseil précis aux agriculteurs pour 2021 », indique Cédric Royer. Il rappelle également que l’emploi de Safari et Venzar en mélange est interdit depuis 2017, mais que les producteurs de betteraves ont aujourd’hui à leur disposition Safari Duo, produit préformulé qui associe les deux matières actives.

Blandine cailliez

(1) Institut technique de la betterave.

(2) Produits phytosanitaires non utilisables.

Antigraminées : attention aux risques de résistance

Pour éviter le risque d’apparition de mauvaises herbes résistantes, notamment de ray-grass et de vulpins, « il faut associer lutte agronomique, faux semis ou labour et intervention herbicide, en veillant à alterner les modes d’action », rappelle Cédric Royer, de l’ITB . Dans ce cadre, les deux antigraminées Avadex 480 et Mercantor Gold présentent un intérêt tout particulier sur betteraves, car ils sont dotés de modes d’action différents de celui des antigraminées foliaires couramment utilisés. Ils s’emploient tous les deux en prélevée, Avadex 480 à 3 l/ha en présemis incorporé et Mercantor Gold à 0,6 l/ha en postsemis prélevée. Cependant, il vaut mieux s’abstenir de se servir de ce dernier en sols filtrants car il est susceptible d’entraîner des risques de phytotoxicité. Ces deux produits doivent être relayés par un graminicide de postlevée.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !