Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Désherbage du colza : des rattrapages sous conditions

réservé aux abonnés

 - -->
Postlevée. La propyzamide seule devrait souvent suffire cette année. © C. Watier

Le climat actuel est favorable à l’utilisation de plusieurs spécialités.

Cette année, les conditions humides après les semis ont été propices à la réussite des herbicides de prélevée sur colza. « Il y aura donc peut-être moins de rattrapages que l’an dernier », informe Franck Duroueix, responsable de l’évaluation des intrants chez Terres Inovia. Toutefois, la pression « graminées » étant de plus en plus forte au fil des années, des interventions à base de propyzamide devraient malgré tout être mises en place. En effet, à ce jour, aucune graminée n’est résistante à cette matière active.

Températures froides

Depuis quelques jours, la météo est favorable à l’utilisation du Kerb Flo (400 g/l de propyzamide) ou du Ielo/Biwix/Yago (500 g/l de propyzamide + 5,3 g/l d’aminopyralide). En effet, dans les deux cas, pour appliquer la propyzamide, qui est un produit racinaire systémique, il faut un sol humide, afin de mettre le produit rapidement en contact avec les racines, ainsi que des températures basses. Il est donc recommandé d’intervenir en dessous de 10 °C pour éviter que les produits ne soient dégradés trop rapidement par les bactéries du sol. Il faut également s’assurer que la teneur en MO est inférieure à 4 % et qu’il n’y a pas d’hydromorphie. La matière active risquerait alors d’être lessivée, faute de pouvoir tampon suffisant du sol.

Terres Inovia rappelle que cette molécule antigraminées est efficiente sur ray-grass, vulpin, repousses de blé, brome, folle avoine surtout d’hiver , pâturin et vulpie. L’institut précise toutefois que sur ray-grass, son action sera meilleure pour des populations comprises entre 50 et 100 au m², et moins au-delà.

Ielo apporte quant à lui une efficacité complémentaire sur des dicotylédones telles que bleuet, anthémis, laiterons, légumineuses, matricaires, mouron des champs, stellaires et véroniques. Il est également intéressant sur pensée et lychnis. « Compte tenu des levées non systématiques de dicotylédones, la propyzamide seule peut parfois suffire dans des parcelles où Ielo a été initialement envisagé », estime cette année l’institut.

Callisto (100 g/l de mésotrione) est un autre produit dont l’efficacité est améliorée par le gel au cours de l’automne. D’ailleurs, pour éviter les phénomènes de décoloration et des réductions de vigueur, parfois rapportés lors de l’utilisation de cet herbicide, il est conseillé d’attendre le stade 6 feuilles. Il faudra aussi s’assurer qu’il y a eu un premier endurcissement du colza et qu’il est bien implanté.

Il s’agit cette fois d’un antidicotylédones qui détruit très bien la calépine et la capselle, dans une moindre mesure les sanves, mais beaucoup moins les ravenelles. Contre cette dernière adventice, Terres Inovia recommande d’associer 0,15 l/ha de Callisto à 0,2 l/ha de Cent 7. L’application de ce mélange sera renouvelée 3 semaines plus tard. Doté d’une action foliaire et systémique, Callisto présente aussi une efficacité sur lamier, stellaire et véronique feuille de lierre.

Céline Fricotté
Coûts indicatifs

50 €/ha pour 1,5 l/ha de Ielo.

35 €/ha pour 1,875 l/ha de Kerb Flo.

25 €/ha pour les génériques de la propyzamide à 400 g/l.

7 à 13 €/ha pour 0,15 l/ha de Callisto.

Changements pour 2018 en post

Cent 7 (125 g/l d’isoxaben), utilisé en postlevée pour lutter contre les crucifères adventices, s’est vu retirer récemment son AMM sur colza. « Dans l’attente d’un renouvellement, la date de fin de commercialisation de Cent 7 est fixée au 14 octobre 2017, la date de fin d’utilisation au 14 octobre 2018 », informe Terres Inovia.

Adama devrait proposer un herbicide à base de bifénox qui aura un spectre intéressant sur fumeterres, mercuriales, pensées et crucifères.

Mais la vraie nouveauté devrait venir de l’herbicide de Dow AgroSciences. Composé de picloram et d’Arylex, il présente une efficacité sur gaillet et sur géranium. « Jusqu’à présent, il était difficile d’atteindre ces mauvaises herbes en postlevée », souligne Franck Duroueix.

Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza tutoie les 620 euros la tonne

Les prix du colza terminaient la semaine sur un nouveau record, vendredi 24 septembre 2021, sur le marché européen, passant même brièvement la barre des 620 euros la tonne dans un marché où l’offre peine à suivre la demande.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !