Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Des films qui modifient la lumière

réservé aux abonnés

 - -->
Essais. En 2017, Sudexpé a testé ce film rose aux propriétés optiques sur une plantation de melons dans l’Hérault, avec la variété Alonso. © Sudexpé

L’utilisation de plastiques dotés de propriétés optiques contribue à augmenter le rendement précoce en melon.

«En 2017, sur des plantations de melons du 9 mars, nous avons comparé un film mis au point par la start-up Cascade, qui modifie le rayonnement lumineux reçu par les plantes sous les chenilles, avec un film de référence en éthylène-vinyl acétate. Grâce au film Cascade, la nouaison a été avancée et le rendement durant la première semaine de récolte a été plus élevé, atteignant 6 t/ha, contre moins de 1 t/ha pour le film de référence », constate Lucille Guigal, de la station Sudexpé de Marsillargues, dans l’Hérault.

Nouaison plus précoce

À la fin de la récolte, le rendement était équivalent avec les deux films. Cependant, le gain de rendement précoce permettrait de mieux profiter des prix de début de campagne, souvent plus élevés. « Nous allons tester ce film en 2018, pour voir s’il nous permet d’arriver plus tôt sur le marché », explique Christophe Garcin, le technicien du groupe Force Sud, en Languedoc.

« Le film testé à Sudexpé laisse passer plus d’énergie lumineuse dans le bleu, peu visible par l’œil, et dans le rouge, ce qui lui donne sa couleur rosée », précise Frédéric Peilleron, de la start-up Cascade. Une quinzaine d’essais sur melons, réalisés dans plusieurs régions, ont confirmé l’effet positif de ces fréquences sur la précocité de la nouaison. Il est plus marqué quand un climat frais et couvert freine le développement des plantes. « Cela sécurise le rendement précoce », note-t-il.

Le même effet a été constaté dans des essais sur pommes de terre primeur.

Frédérique Ehrhard

Améliorer la durée de vie

L’effet optique de ces films se maintient durant la saison de culture. « Nous cherchons à le prolonger sur plusieurs saisons, ce qui permettrait de les utiliser sur de petits tunnels abritant des fraises », explique Frédéric Peilleron, de la start-up Cascade. Pour les films destinés aux chenilles, la commercialisation va démarre r au deuxième semestre 2018.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !