Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Des drones pour surveiller les melonnières

réservé aux abonnés

 - -->
Vision.Le drone permet d’observer la parcelle d’en haut, à 100 m d’altitude, et peut descendre, si nécessaire, jusqu’à 80 cm des plants de melon. © X.Dubreucq

Observer les plants d’en haut permet de mieux repérer les différences de vigueur, sans remplacer pour autant le suivi au sol.

La vision depuis le sol n’est pas toujours la meilleure ! Dans une melonnière, plus les plants sont vigoureux, plus ils couvrent le sol. « Vu d’en haut, ces différences de vigueur au sein d’une même parcelle sont nettes. Avec mon drone, je les observe facilement. Je repère ainsi s’il y a un problème d’irrigation qui freine la croissance des plants, ou si une zone a besoin de plus de fertilisation », explique Xavier Dubreucq. Ce consultant spécialisé suit 2 000 hectares de melonnières dans le sud de la France. Pour compléter la surveillance au sol, il s’est équipé d’un drone Phantom 4 Pro de DJI. Les parcelles qu’il suit couvrent souvent des dizaines d’hectares. « Je ne peux pas passer partout à pied, confie-t-il.Je fais le tour en voiture pour avoir une vue d’ensemble. Mais dans certaines parcelles, ce n’est pas possible. Avec le drone, en revanche, je survole une parcelle en 7 à 8 minutes. »

Xavier Dubreucq observe le retour vidéo du drone sur son smartphone. Lorsqu’il repère un problème, il enregistre la localisation GPS du lieu et y revient au sol avec le guidage du téléphone. « Avec le drone, je peux descendre à 80 cm au-dessus des plants et repérer des foyers de pucerons, par exemple, dit-il.Mais pour voir si des auxiliaires sont présents ou non et décider d’un éventuel traitement, je dois aller sur place à pied. »

Agriculture de précision

À Lansargues, dans l’Hérault, pour voir ce que pouvait lui apporter la surveillance par drone de ses champs de melons, la SCEA du Mas Saint-Jean a fait des essais avec la société Axdrone, basée à Prades-le-Lez. « Sur le retour vidéo, j’ai repéré une zone moins vigoureuse dans une parcelle. En allant sur place, j’ai constaté qu’une des quatre vannes du réseau d’irrigation marchait mal. Les plants recevaient moins d’eau et de fertilisants », explique Morgane Stoquart, chef de culture de la SCEA qui cultive 150 hectares de melons. En réglant rapidement le problème, elle a évité de perdre du rendement.

« Grâce au drone, je peux également évaluer l’extension ou la régression des foyers de pucerons, ajoute-t-elle. C’est un plus pour ajuster finement les traitements. » Cependant, son usage ne dispense pas du suivi au sol. « Pour observer l’apparition des premiers symptômes de maladie ou des premiers ravageurs, il faut retourner les feuilles. Traverser chaque jour les parcelles à pied reste nécessaire », souligne Morgane Stoquart.

L’utilisation du drone prend du temps, mais permet d’aller plus loin dans l’agriculture de précision. « Nous envisageons de nous équiper lorsque les possibilités d’analyse des images se développeront. Cela nous permettra de suivre le statut azoté des plantes ou de compter les fruits et d’évaluer le calibre », espère Jean-Pierre Duez, gérant de la SCEA.

Frédérique Ehrhard
Sur cette image prise par un drone, les plants de melon infestés par des pucerons apparaissent en grisé
Bientôt un brevet de pilote de drone

Pour utiliser un drone dans son activité professionnelle, il faut se déclarer auprès de la Direction générale de l’aviation civile comme exploitant de drones, puis identifier chaque appareil utilisé et préciser quel pilote le conduit. « Jusqu’à présent, les pilotes devaient avoir un brevet ULM. À partir du 1er juillet 2018, il y aura un brevet spécifique à la conduite des drones, qui sera mieux adapté », souligne Jean-Marc de Santis, de la société Axdrone (Prades-le-Lez, Hérault).

Les fabricants comme DJI fournissent des logiciels de simulation de vol, qui aident à prendre l’appareil en main. « Dans l’espace aérien, il y a d’autres usagers, poursuit-il. Le pilote doit connaître les procédures d’évitement et être capable de faire revenir son drone en cas de panne, même si l’écran ne fonctionne plus. »

Entre 1 500 et 3 000 €

Le prix d’un drone semi-professionnel équipé d’une caméra photo et d’une localisation par GPS démarre à 1 500 €.

Pour un drone capable de réaliser des vols programmés, comptez entre 2 000 et 3 000 €. Ces coûts comprennent un jeu de batteries, nécessaire pour enchaîner les vols sans attendre d’avoir rechargé.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !