«Les bords de champs sont souvent considérés comme des réservoirs d’adventices et de ravageurs. Pourtant, 80 % des espèces végétales observées en bordure de champs ne sont pas présentes dans les parcelles adjacentes », explique Chloé Swiderski, de l’association Hommes et territoires. Depuis 2010, celle-ci œuvre pour concilier agriculture et biodiversité dans la Beauce, en revalorisant les bords...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !