Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Qui résiste à la sécheresse ?

réservé aux abonnés

Blé dur - Qui résiste à la sécheresse ?
Arvalis a trié plus d’une centaine de variétés de blé dur grâce à la technique du phénotypage. © Arvalis

À la station de Gréoux (04), Arvalis a classé les variétés de blé dur suivant leurs aptitudes à résister à la sécheresse. La perle rare n’existe pas.

Selon Stéphane Jézéquel, ingénieur Arvalis à la station de Gréoux (Alpes-de-Haute-Provence), le rendement du blé dur dans le Sud-Est a baissé d’au moins 10 q/ha au cours des cinq dernières années à cause de la sécheresse. C’est dans ce contexte que l’institut a lancé un vaste programme d’essai sur les variétés résistantes au stress hydrique. Plus d’une centaine a été testée sans et avec irrigation. Mais la perle rare n’existe pas. « Il y a des variétdés qui peuvent affronter des stress hydriques majeurs, c’est le cas de Claudio », indique-t-il. Même chose pour Celta, une variété d’origine portugaise. Anvergur, de son côté, va tolérer un stress modéré : « Elle supporte plutôt bien la sécheresse, mais elle a besoin d’un épisode pluvieux en fin de cycle pour ne pas décrocher. »

Mixer les variétés

Miradoux, l’une des plus productives de ces dernières années, est en revanche intolérante. « Elle s’effondre littéralement dans nos essais », commente Stéphane Jézéquel. Il conseille donc aux agriculteurs de mixer le matériel pour s’adapter aux variations climatiques. « Les années pluvieuses, Claudio ne présente pas de bons résultats », souligne-t-il.

Pour parvenir à ces données, l’institut, qui a mis en place ces travaux en 2012, a utilisé la Phénomobile, un véhicule équipé d’un scanner qui effectuer du phénotypage à haut débit dans les parcelles. Ces derniers vont également servir aux sélectionneurs pour créer les variétés du futur. 

Chantal Sarrazin

Nouveau critère

Depuis l’an passé, Arvalis étudie la résistance des blés aux fortes chaleurs avant l’été. « Les pires années pour la production sont celles où la température dépasse 30 °C au moment du remplissage du grain, comme ce fut le cas l’an passé dans le Sud-Est », observe Stéphane Jézéquel. Sur ce sujet, Arvalis travaille avec ses homologues italiens et portugais.

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Blé en recul

Les prix du blé reculaient, le lundi 26 juillet 2021 en fin d’après-midi, à la faveur de la progression des moissons et de l’embellie météo en Amérique du Nord.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !