En 2016, de nombreux échecs de désherbage (35 % des parcelles sales), notamment des ombellifères (ammi majus, aethuse), ont été observés en Champagne. D’autres régions betteravières ont également connu des difficultés. Les pluies importantes du printemps ont en effet favorisé les relevées d’adventices et empêché le désherbage mécanique.

En cas de forte infestation d’ombellifères prévisible (échecs antérieurs), l’ITB recommande de démarrer le désherbage en prélevée, avant la levée des adventices et au maximum 48 h après le semis, en conditions humides, avec du Zepplin à 2,5 l/ha seulement (au lieu de 3 l/ha auparavant en prélevée). Cet herbicide a en effet été ré-homologué le 6 avril dernier à 2,5 l/ha/an contre 5 l/ha/an jusqu’à présent. Il sera suivi d’un relais en post avec du Safari à 20 g/ha, voire 30 g/ha si les adventices sont au stade deux feuilles.

Deux produits efficaces

En cas de pression modérée, la post-levée suffit. Seuls deux produits sont efficaces sur ombellifères : Zepplin et Safari. Le Safari doit être positionné à partir de 80 % de levée des betteraves, au minimum à 20 g/ha. Pour rappel, le mélange extemporané du Safari avec des herbicides à base de lénacile (Venzar…) est interdit depuis cette année. En T1 ou T2, Zepplin sera utilisé seul à 0,8 l/ha, ou à 0,6 l/ha associé au Venzar. À partir du T3, les betteraves, plus développées, peuvent supporter 1 l/ha. Pour une pleine efficacité des deux, il est important d’intervenir à un stade précoce des adventices (point vert à cotylédons). L’ajout de 1 l/ha d’huile améliore l’efficacité du désherbage. Pour l’avenir, deux herbicides utilisables sur ombellifères sont en attente d’homologation.

Chantal Urvoy