Des essais menés avec l’École vétérinaire de Toulouse ont montré que prendre en compte les lésions de la mamelle et le niveau cellulaire en fin de lactation permet de cibler les brebis à traiter au tarissement. Cela réduitla consommation d’antibiotiques, les coûts et le temps consacrés à ces traitements.