Les résultats prometteurs de cette étude rejoignent ceux obtenus pour l’espèce ovine, publiés en 2016 par l’Inra, le CNRS et l’université néo-zélandaise d’Otago.