L’objectif pour les deux parties était d’« évoquer la crise traversée par le secteur au niveau européen, confronter leurs visions stratégiques du secteur sucrier et évoquer les projets de fermeture des sucreries de Cagny (Calvados) et d’Eppeville (Somme) », précise la CGB dans un communiqué paru le 25 mars 2019.

 

Franck Sander a rappelé « la détermination des agriculteurs à conserver la capacité française de production de betterave et de sucre dans ces deux régions en se fondant sur l’excellence agricole de ces bassins ».

Options présentées par la CGB

Le syndicat des betteraviers a par ailleurs « présenté les options expertisées pour pérenniser les deux sucreries concernées ».

 

« Aucun gage n’a été donné par Südzucker si ce n’est de poursuivre les discussions avec une nouvelle rencontre prévue dans quelques semaines », communique la CGB, qui dit rester « totalement mobilisée pour les planteurs d’Eppeville et de Cagny et travaille étroitement avec le gouvernement pour conforter le développement et l’ambition d’une filière française d’excellence de la betterave et du sucre ».