« L’hiver et le début du printemps ont été marqués par un manque de pluie sur une bonne partie du territoire métropolitain, ce qui a favorisé la sécheresse des sols superficiels ces trois derniers mois, rappelle le ministre dans un communiqué paru le 3 mai 2019. La moitié des points de surveillance des nappes affiche ainsi des niveaux bas, alors qu’elles bénéficient habituellement de la recharge hivernale en cette période. Les niveaux des cours d’eau sont également majoritairement inférieurs aux moyennes saisonnières. »

Période de mai à juillet chaude

Par ailleurs, le ministre précise que « d’après les prévisions saisonnières de Météo-France, les températures de mai à juillet sur la France métropolitaine seront probablement supérieures à la normale, et aucune tendance moyenne sur les prévisions de précipitations ne se dégage. »

 

L’objectif de cette commission de suivi hydrologique est de « sensibiliser tous les usagers de l’eau (secteurs agricole et industriel, collectivités et grand public) à la situation actuelle et les inciter à une gestion économe de la ressource en eau, d’autant plus dans le contexte du dérèglement climatique où la fréquence et l’intensité des sécheresses vont augmenter dans les prochaines décennies. »

Comités départementaux sécheresse

« Localement, les préfets réuniront prochainement dans les départements concernés les comités départementaux en charge de la sécheresse afin d’échanger sur cette situation avec les parties prenantes », précise également le communiqué.