« Notre vision fondamentale de la situation offre/demande mondiale n’a pas changé de manière significative, a fait savoir l’Iso, l’Association internationale du sucre, dans son bulletin de novembre 2021. Nous anticipons un déficit mondial (différence entre consommation et production mondiales) en 2021-2022 de 2,5 millions de tonnes (Mt) (contre 3,58 Mt en août 2021). »

 

L’Iso estime la production mondiale de sucre à 170,5 Mt en 2021-2022, soit en hausse de 1,47 Mt par rapport à la campagne précédente. La consommation s’élèverait à 173 Mt, (−1,44 Mt sur les prévisions d’août 2021), mais est en hausse de 2 Mt par rapport à 2021-2022.

Demande en importation réduite

« Compte tenu du ralentissement rapide de la production au Brésil », l’Iso table sur une baisse des exportations brésiliennes en 2021-2022 de 4 Mt, « les approvisionnements dans les mois à venir étant nettement inférieurs à ceux de la saison dernière ».

 

La disponibilité à l’exportation a été revue à la hausse ce trimestre, à 60,2 Mt (59,3 Mt en août), conséquence d’une « récolte thaïlandaise plus importante », mais reste inférieure à celle de la campagne précédente, à 62,7 Mt, traduisant la baisse de disponibilité du Brésil, indique l’association. « La demande en importation a été réduite de 1 Mt, à 59,3 Mt, car les taux de fret élevés réduisent l’intérêt d’achat de la Russie, de l’Inde et de l’Afrique du Sud notamment, en faveur d’origines locales », complète l’Iso.

Coût de fret élevé

Depuis les dernières prévisions d’août 2021, le marché mondial du sucre brut s’est stabilisé, tandis que les prix du sucre blanc ont augmenté, ajoute l’Iso. « Les prix du marché à terme se sont stabilisés au cours du dernier trimestre, rapporte le bulletin. La prime de blanc a augmenté au cours de la période, mais les raffineurs sont toujours confrontés à des coûts élevés de fret. »

 

> À lire aussi : Marché des grains : le coût du fret réoriente les flux de céréales (13/10/2021)

 

Les marchés de l’énergie ont en effet bondi depuis août, « augmentant les coûts pour les transformateurs et déclenchant des pressions inflationnistes ». L’Iso considère par ailleurs la demande comme « incertaine », en raison des confinements éventuels liés au Covid ou « de changements dans les comportements individuels ».