Les instituts techniques FranceAgriMer, Arvalis et Terres Inovia font le point sur le rendement et la qualité, à la date du 16 août 2021, des récoltes de colzas, pois et féveroles. La vigilance sur les critères de qualité est de mise pour le complexe oléoprotéagineux, tout comme pour les céréales à paille.

Grains de colza germés localement

Avec un rendement national moyen estimé à plus de 35 q/ha et une production totale de 3,3 millions de tonnes, le colza français devrait, dans de nombreux cas, dépasser les espérances.

 

Au sujet de la qualité, « des grains germés ont été observés dans une partie des récoltes de l’est de la France, de façon significative sur certains territoires. La teneur en huile de la collecte est pour l’instant estimée dans la moyenne des dernières années ou légèrement en retrait », indiquent les trois instituts.

Le pois de printemps s’en sortirait mieux que celui d’hiver

Selon les trois instituts, le pois de printemps s’en sortirait mieux cette année que le pois d’hiver. Le rendement moyen national, tout pois confondu, se situerait autour de 33 q/ha, pour une production de plus de 650 000 tonnes.

 

Les à-coups climatiques de la fin de campagne ont favorisé les maladies de fin de cycle sur pois ainsi que des verses importantes. Le poids de mille grains serait en baisse et la qualité globale hétérogène.

 

À lire aussi : Intempéries : « La moitié de mes pois ne seront pas récoltés » (10/08/2021)

Conditions favorables pour la féverole de printemps

En féverole aussi, les cultures de printemps devraient faire mieux que celles d’hiver. En effet, la féverole d’hiver, dont le rendement moyen est estimé inférieur à 20 q/ha par les trois instituts, « a été très pénalisée par le gel d’avril et les maladies, notamment des viroses ».

 

La récolte de féverole de printemps « n’a pour ainsi dire pas commencé » : le nombre d’étages de gousse est élevé et les conditions de remplissage des graines favorables.